La métapédagogie

super pédagogue

Remédier efficacement aux difficultés des enfants, adolescents et adultes passe par la
MÉTAPÉDAGOGIE

Que signifie métapédagogie ?

Décomposons d’abord ce mot en meta et pédagogie :
(Extraits de Wikipedia)
Méta est un préfixe qui provient du grec μετά (meta) (après, au-delà de, avec). Il exprime, tout à la fois, la réflexion, le changement, la succession, le fait d’aller au-delà, à côté de, entre ou avec. Selon le contexte le préfixe équivaut au sens de profond (comme les métadonnées ou le métalangage), haut ou grand (comme méta-revue).
Méta est souvent utilisé dans le vocabulaire scientifique pour indiquer l’auto-référence (réflexion), ou pour désigner un niveau d’abstraction supérieur, un modèle :
(métalangage : système ou langage permettant de décrire d’autres langages ;
métalivre : livre à propos d’un livre ;
métadocumentation : documentation sur la documentation ;
métadonnée : donnée sur les données)

pédagogie (du grec παιδαγωγία, direction ou éducation des enfants) désigne l’art de l’éducation. Le terme rassemble les méthodes et pratiques d’enseignement requises pour transmettre une connaissance, un savoir ou un savoir-faire.

La métapédagogie est alors un concept qui s’applique à toutes les pédagogies.
Si vous avez appris un jour à faire du vélo, même si vous n’en faites plus pendant 10 ans, vous saurez en refaire des années après. Ce qui n’est pas le cas d’une leçon apprise d’histoire apprise il y a 10 ans !
Donc on retient mieux les processus que la connaissance. Un métapédagogue va même enseigner la connaissance à partir de processus.

Dans la métapédagogie,

  • on analyse les processus que l’apprenant utilise à l’aide de 29 fonctions cognitives et d’opérations mentales
  • on analyse les processus que l’activité nécessite
  • on utilise entre autres la métacognition, cet art de réfléchir sur sa manière de réfléchir
  • on analyse les difficultés potentielles d’une activité pour les anticiper
  • on structure un apprentissage en cherchant des principes généraux et en les appliquant ailleurs
  • on a le souci d’évaluer les fonctions cognitives que l’apprenant utilise ou utilise insuffisamment
  • on développe les fonctions cognitives chez l’apprenant dans toutes les intelligences (au sens de Gardner)
  • on se remet en cause : si l’apprenant ne “réussit pas”, on cherche la cause dans la manière de l’enseigner
  • on améliore l’activité, la confiance en soi, la motivation
  • on développe les compétences pour une meilleure vie en société : gérer ses émotions, l’empathie, la communication, la gestion des conflits, …

En savoir plus sur le métier de métapédagogue

Les commentaires sont fermés