Semaine intensive de boost

SEMAINE INTENSIVE DE BOOST ET DE BILAN

Apprendre à apprendre passe par le plaisir...​

- Pourquoi un enfant a-t-il des difficultés d'apprentisssage ?

- Pour pouvoir apprendre et raisonner, on a besoin de bases, de fondations, appelées fonctions cognitives. Et si elles ne sont pas bien installées, l'apprentissage devient difficile et peut même être bloqué.

- Comment mettre alors en place ces fonctions cognitives ?

- C'est justement le travail d'un métapédadogue.

- Je sens que mon enfant a des tas de capacités en lui mais je ne sais pas comment l'aider à les faire émerger ?

- Chaque enfant a un grand potentiel en lui mais il ne l'exprime pas forcément. Il s'agit alors d'activer ce potentiel.

- Mais comment activer ce potentiel ? Il ne progresse pas vite en ce moment...

​- Imaginez qu'une équipe de métapédagogues travaille avec lui d'une manière intensive pendant une semaine en lui donnant le plaisir d'apprendre et en boostant ses fonctions cognitives...

Quel intérêt pour un enfant ?

  • Il apprendra à prendre de bonnes habitudes d'apprentissage
  • Il développera ses fonctions cognitives au sens de Feuerstein
  • Il augmentera sa confiance en lui
  • Il prendra conscience de sa manière de réfléchir
  • Il apprendra à apprendre
  • Il verra la puissance des fonctions cognitives
  • Il augmentera ses connaissances
  • Il découvrira le plaisir d'apprendre...

Quel intérêt pour un parent ?

  • ​Il s'étonnera des possibilités de son enfant
  • Il verra différents manières de procéder et cela le formera
  • Il observera le comportement de l'enfant avec une autre personne
  • Il pourra échanger avec d’autres parents
  • Il participera à une réunion quotidienne pour mieux comprendre (enfant pris en charge)
  • Il aura un bilan et un programme personnalisé à la suite de la semaine

Mon enfant est-il concerné ?

La question est plutôt : est-ce que je vais attendre qu'il fasse des expériences difficiles, qu'il perde confiance en lui, qu'il ne puisse plus viser un diplôme ?

ou est-ce que je veux lui donner sans plus attendre​ la chance d'augmenter ses intelligences ?

4 métapédagogues chevronnées forment l'équipe de boost : Christine Mayer, Stella Kaloudis, Sylvie Zenouda, Marta Havlicek (qui utilise aussi la méthode Feldenkrais).

Elles aiment les défis et se feront une joie d'aider votre enfant à surmonter ses difficultés

boost week Université juin 2016

Quelques témoignages de la dernière semaine de boost :

La semaine intensive Upbraining qui s’est déroulée à l’Université de Belfort du 13 au 17 juin a donné à Gabriele l’enthousiasme d’aller en classe et le goût d’apprendre.

Pour moi, sa maman, c’est l’aboutissement d’une longue quête, celle d’avoir enfin trouvé “des maîtres” comme on en avait autrefois, qui prennent l’enfant par la main, le regardent dans les yeux et lui fassent répéter incessamment la leçon jusqu’à l’assimilation parfaite, tout en lui insufflant la confiance en soi et en lui faisant comprendre qu’il est unique et donc important en tant qu’individu.

Tout cela dans la décontraction et la joie.

Ayant participé aux cours avec Gabriele, j’ai pu découvrir le déroulement d’une méthode inédite, à la fois ludique et rigoureuse. Attrayante par son efficacité.

J’ai aussi découvert le goût d’apprendre afin de mieux enseigner à Gabriel.

Apprendre en écoutant, à la fois les maîtres et mon enfant.

Oubliées les tristes expériences scolaires où l’on était exclu de l’apprentissage de même que l’enfant.

Avec l’aboutissement de la quête, commence le temps de la découverte.

Berta
Maman de Gabriele, 19 ans

J’ai découvert la méthode Upbraining il y a maintenant presque 3 ans. Ma fille était alors âgée de 10 ans et l’enseignement adapté au sein de l’IME avait pris fin car Laura avait besoin d’un accompagnement individuel, ce que l’institut ne pouvait plus proposer.

Le projet réfléchi par les professionnels était le maintien des acquis. Un collègue enseignant spécialisé m’a alors parlé de Christine Mayer, de ses propositions : mon mari, Laura et moi nous sommes lancés dans cette aventure. J’ai effectué la formation Upbraining junior et pu observer Laura au travail lors de ces cessions de formation où les enfants viennent nous aider à les aider. J’ai alors compris que notre chemin n’était pas de rester statique mais bien de continuer à avancer tout doucement. Nous avons créé notre association pour nous aider à financer toutes nos formations, (notamment Upbraining +), toutes nos actions futures et avons abordé le handicap de Laura autrement.

Lorsque ce stage a été proposé, nous nous sommes à nouveau lancés .

Il n’est pas toujours facile en tant que parents d’adopter une posture d’ « enseignant » auprès de son enfant, surtout lorsque celle-ci entre dans sa 13ème année.Nous souhaitions avoir un bilan du processus d’apprentissage que Laura utilisait afin de continuer à renforcer certains outils et d’en travailler d’autres différemment. Nous espérions que grâce à cette méthode et à la médiation de compétences proposées par ces professionnelles, la confiance de Laura grandirait et renforcerait son désir d’apprendre.

J’ai assisté à chacune des séances, soit 25 fois 45 minutes de travail. Malgré la concentration nécessaire et la fatigue engendrée par ces efforts, Laura a à chaque fois manifesté son plaisir d’être présente. Nous partagions cette semaine avec 4 autres jeunes et leurs parents. Les observer travailler avec enthousiasme, voir leurs sourires et leurs envies de partager leurs expériences, a amplement validé notre présence tout au long de ce stage.Cette semaine m’a permis d’observer les différentes techniques de médiations utilisées par les professionnelles , d’en comprendre d’avantage leurs sens et de m’aider à les utiliser même tous les jours au quotidien auprès de Laura.

L’équipe nous a transmis dès notre retour le bilan attendu sur les compétences observées, les fonctions cognitives à renforcer et les recommandations pour poursuivre ce travail.

Lorsque Laura est rentrée à la maison après cette absence d’une semaine et redécouvert sa chambre, elle m’a demandé de donner tous ses jouets et demander à ce que nous lui fassions une chambre « de grande ». Elle a tout de suite demandé à reprendre la lecture des mots et exprime le fait qu’elle a envie d’apprendre à lire. Cette semaine lui a donné envie de grandir et de continuer à apprendre.Il s’agit maintenant pour nous parents de continuer à la guider dans ce sens et de poursuivre, pas à pas, notre marche sur ce chemin différent mais tellement enrichissant.

Marie-Isabelle 
Maman de Laura, 13 ans

Merci pour tous ces beaux souvenirs qui, comme tu le dis sont intériorisés dans notre tête. Ce séjour était superbe, bien organisé, petit groupe très sympa et enrichissant sur beaucoup de points.Carole est revenue enchantée de Belfort, de plus avec du courage pour apprendre. Je pense que ce travail l’a boostée.

Quant à nous, de voir comment vous êtes auprès de nos enfants et comment vous pouvez les intéresser pendant plusieurs heures, nous transmet une grande médiation qui parfois est défectueuse quand nous travaillons avec eux.

Personnellement, j’ai repris courage pour travailler avec Carole, c’est donc une expérience à continuer dans le temps car seul dans notre coin, parfois c’est lourd et je m’aperçois que le sentiment de compétence nous n’y pensons pas toujours.

Avec Carole nous pensions plus, depuis quelque temps, à lui faire voir les fonctions cognitives qu’elles n’utilisaient pas que celles qu'elle utilisait. Nous voulions qu’elle prenne conscience de son mode de fonctionnement « la métacognition » en lui montrant les déficiences. Et là nous avons constaté que c’était l’inverse. Surtout que lors des formations tu insistais bien sur les fonctions cognitives efficientes, mais notre focalisation n’était pas parfaite, donc beaucoup d’erreurs dans notre pratique. Notre vocabulaire est aussi à modifier, ainsi que nos attitudes.

Un grand merci Christine de nous avoir trouvé un hébergement, c’était très bien et avons bien sympathisés.

Ton idée de créer un Centre est excellente.

Christiane et Philippe
Parents de Carole, 43 ans

Mon fils ne voulait plus rien savoir de l’école avant. Je trouve qu’il a pris de l’assurance, samedi il était avec son père au travail il a pris un stylo et une feuille et il s’est mis à écrire des lettres et des trucs illisibles

Je fais de la transcendance sur les parallèles les angles droits et les chiffres et quand j’en ai eu l’occasion je les plaçais.

J’ai trouvé une école qui accepte de le prendre !

Nassira
Maman de Mani, 9 ans

Mon enfant le mérite

Les commentaires sont fermés